UGJ pour la deuxième fois en Tunisie !

Voila un grand   challenge qui  nous attend, et un nouveau rendez-vous qui s’annonce  à partir de  2 mars   jusqu’à 4 mars 2012 ,la  communauté Ubuntu-tn organise pour la deuxième fois ,suite à  la réussite du premier Ubuntu  Global Jam en Tunisie un nouveau  évènement qui  aura lieu à l’école des ingénieurs de Gabes .


Si vous voulez contribuer, pas nécessairement d’être un  développeur , UGJ  vous permet  d’assister  aux divers ateliers d’apprentissage et  vous  propose aussi  une grande  variété d’activités durant les 3 jours telques :

  • Bugs : Recherche et réparation des bugs.
  • Essais :Essai de la nouvelle version et rapports .
  • Documentations :Rédaction de la documentation d’Ubuntu et de la   communauté.
  • Paquetage :Conversion de code source en paquet debian et l’utilisation de PPA (Archive de Pacquets Personel)
  • Traductions :Traduction d’Ubuntu, contribuant à  le rendre disponible en langue arabe.
  • Installations :Assistance  aux nouveaux utilisateurs à installer Ubuntu.
  • Présentations : Partage des connaissances sur des sujets variés.

Vous souhaitez enrichir vos connaissances techniques  ? Alors ne tardez plus! Rejoignez-nous lors de  ces ateliers !Profitez pleinement de l’expertise pour  ceux qui souhaitent découvrir cet univers.

Voir page officielle du Global Jam:

https://wiki.ubuntu.com/UbuntuGlobalJam

Plus d’info :

https://www.facebook.com/UbuntuTunisie

Rendez-vous le vendredi 2 mars 2012

                                                                            

« Plus on partage, plus on possède ,voila le miracle « 
de Léonard Nimov


Publicités

Tunisie :Facebook et Twitter uniques sources libres d’information

Les réseaux sociaux attirent plusieurs millions d’internautes dans le monde entier. Leur croissance est impressionnante depuis 2003. Les jeunes viennent s’exprimer et se divertir. Ils défient leurs amis dans des jeux variés, partagent des photos, découvrent des amis et sont au courant des événements car ils suivent attentivement l’actualité.
Moyen puissant d’émancipation des peuples, Internet l’est d’avantage lorsque les medias classiques ne remplissent pas leur fonction de contre pouvoir.
Facebook et twitter et les blogs de jeunes tunisiens viennent de jouer un rôle incontestable dans la révolution tunisienne. Ils sont devenus des outils pour se faire entendre. En effet, grâce à ses sites, la révolution se fait connaitre que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.
La liberté d’expression étant limitée en Tunisie avant et pendant cette insurrection, les réseaux sociaux sont devenus la source principale pour les tunisiens à travers les flux qui sont traduits, également par des nombreuses vidéos postées et par les photos partagées.
Ces sites deviennent en fait un élément important de la diffusion de l’information ce qui a permis aux autres medias de suivre de façon pointue l’évolution des événements.

Mais ce flux énorme d’informations remet en question leur authenticité! L’internaute, assailli par les rumeurs, n’arrive plus à distinguer le vrai du faux.
Certaines d’entre elles présentent un moyen d’absorber la colère des tunisiens et d’autres visent au contraire à alimenter le trouble .Elles sont généralement utilisées au service d’une minorité (ou de certaines personnes) pour faire passer un message ou consolider un principe donné; elles ont aussi contribué aux récents évènements constituant un terreau pour certains journalistes et médias qui cherchaient à attirer l’attention sur un fait précis. 
Dès lors, le rôle des médias est devenu important pour informer les gens et leur permettre d’être plus conscients quant à la manière d’obtenir leurs informations afin d’éviter le piège des rumeurs.
Du reste, ce qui est sûr c’est que Facebook et twitter sont de simples outils de communication répondant exactement à toutes les attentes : pouvoir diffuser certaines informations très rapidement et à un grand nombre de personnes en une seule fois avant qu’elles ne tombent aux oubliettes; en somme, ils sont devenus les supports de la liberté d’expression.

L’internet est devenu un moyen nécessaire et essentiel à la vie. Elle est un outil extraordinaire afin de suivre tout en direct à la différence des médias traditionnels qui ont été lents à réagir. Ils ont été dépassés par la vitesse des événements. 
L’émergence de ces nouveaux moyens d’information en temps réel remet en question le fonctionnement des médias traditionnels qui, pour des raisons de sécurité, ont de plus en plus de difficultés à avoir des correspondants sur place ou à envoyer des reporteurs en mission dans des situations de conflits. 
Par conséquent, la question qui se pose c’est de savoir si l’internet pourrait devenir la source d’information numéro un en Tunisie…